UFC-Que Choisir de l'Aude

Arnaque, Maladie - Médecine - Médicament, Santé bien-être

Produit anti-ronflement : l’arnaque SilentSnore

Produit anti-ronflement : l’arnaque SilentSnore

Produit anti-ronflement : l’arnaque SilentSnore

La promotion via les réseaux sociaux de SilentSnore, un dispositif supposé stopper le ronflement, est un cas d’école d’arnaque. Décryptage d’une méthode bien rodée.

Déjà, au vu du nom, on devrait se méfier. Le produit s’appelle SilentSnore, soit « ronflement silencieux ». Quelque chose qui n’existe pas. À l’image de toutes les prétendues preuves avancées pour promouvoir ce dispositif. Il arrive souvent que la pub flirte avec le mensonge de manière plus ou moins insidieuse. En l’occurrence, les promoteurs du produit ne s’embarrassent pas de scrupules : tout est faux de A à Z.

silentsnore faux article presse
Le site de vente commence par un faux article de presse vantant la solution anti-ronflement.

Aucune étude de l’université d’Harvard n’a distingué ce produit, les médias supposés avoir relayé la découverte anti-ronflement d’un médecin ne l’ont pas fait et pour cause, le docteur « Liam Melion » de Paris, soi-disant découvreur de cette merveille, n’existe que dans l’imagination de ses vendeurs, tout comme les résultats de recherche qui auraient fait « beaucoup de bruit dans la communauté scientifique » et les « 6 autres études cliniques de l’université d’Oxford, de la faculté de médecine de Paris et de l’université de Columbia ».

Surtout, Que Choisir n’a pas testé les produits anti-ronflement le mois dernier, et encore moins distingué SilentSnore « meilleur produit anti-ronflement en France ».

SIlentsnore logo ufc que choisir
Que Choisir n’a bien entendu jamais recommandé ce produit malgré la présence de notre logo.

Lorsque nous avons enquêté sur ce problème de santé qu’est le ronflement, nous avons conclu que si certaines solutions sur prescription médicale étaient efficaces, aucun dispositif disponible en automédication ne faisait l’affaire. Tout au plus peut-on diminuer un peu la fréquence et l’intensité des ronflements grâce à des exercices adaptés et… gratuits. Cela n’étonnera personne : la Fédération française de cardiologie n’a, elle non plus, pas conseillé le SilentSnore « pour améliorer sa santé cardiovasculaire ».

Faux médecins et faux témoins

Mais alors, qui sont ces trois médecins qui témoignent de « résultats fantastiques » ?

silentsnore médecins récurrents
Les photos de ces médecins sont réutilisées jusqu’à plus soif.

Ah tiens, les voilà, les trois mêmes, sous des noms différents, qui s’extasient des résultats d’un appareil pour éliminer la graisse et rajeunir la peau lui aussi prétendument promu par France 2 et une kyrielle d’autres médias. Ou encore sur un autre site (et d’autres noms bien sûr), totalement convaincus des bienfaits d’une invention qui soulage le mal de dos ! Ils doivent être amis et s’échanger les bons tuyaux… Et sans doute sont-ils les médecins traitants de Brad Pitt, Jessica Alba et Ben Affleck, qui témoignent tous trois avec enthousiasme à la fois de l’efficacité de cette solution anti-douleurs lombaires et de celle du SilentSnore.

Les études cliniques, les médecins convaincus, les célébrités pleines de gratitude, c’est bien, mais pour que le futur client plumé s’identifie, il faut aussi des vrais gens comme vous et moi chez qui ça a marché ! En voici trois.

Silentsnore temoins prétendus
Les photos des prétendus témoins ont toutes été volées sur Internet. On invente un nom et le tour est joué.

Jacques Montfort, de Nice, est presque comme vous et moi puisque manifestement, il conduit à droite. En réalité, son vrai nom est Neil W., il est Anglais et on trouve sa photo sur un site de rencontres. Luc Ourbe, de Martinique, lui est un joueur de poker du nom d’Allan Drake qui s’illustre dans des tournois aux États-Unis. Quant à Francesca Gonzales, de Paris, elle s’appelle Frances Hardy et est… journaliste au Daily Mail.

La société qui vend SilentSnore est basée en Estonie, ou peut-être au Brésil, à moins que ce ne soit à Hong-Kong, bizarrement les choses ne sont pas très claires. Autant dire que les demandes de toutes les personnes et organismes abusivement cités n’auraient pas plus de chances de faire cesser l’arnaque que les interventions des autorités de contrôle. Et même si c’était le cas, la même équipe de margoulins recommencerait le lendemain avec un autre produit. C’est au consommateur de faire jouer son esprit critique − comme l’ont fait plusieurs de nos lecteurs en vérifiant sur notre site l’existence du test imaginaire − et de garder à l’esprit que les solutions miracle n’existent que dans les rêves. Des ronfleurs et des autres.

Fabienne Maleysson