UFC-Que Choisir de l'Aude

Actualités nationales, Chauffage, Maison

Poêles à granulés : des problèmes de sécurité relevés par la DGCCRF

Poêles à granulés : des problèmes de sécurité relevés par la DGCCRF

Poêles à granulés : des problèmes de sécurité relevés par la DGCCRF

Nos tests comparatifs de poêles à granulés révèlent régulièrement des problèmes de sécurité. Une récente enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) conforte nos conclusions : elle a noté des non-conformités dans tous les appareils qu’elle a prélevés.

Poêles à granulés Des problèmes de sécurité relevés par la DGCCRF

Chauffement excessif du sol, élévation trop importante de la température dans la trémie, défaillance du système de coupure de l’alimentation en granulés en cas de surchauffe… Ces problèmes apparaissent parfois sur les poêles à granulés, ces chauffages à pellets dont la part de marché augmente rapidement du fait de leur coût très faible à l’usage. En 2015, notre test comparatif a mis en évidence des problèmes de sécurité sur 6 des 11 appareils. La version la plus récente de notre test de poêles à granulés, en mars 2019, est moins inquiétante : seul 1 modèle sur les 10 testés présentait une température trop élevée de la trémie en cas de surchauffe. Ces bons résultats sont-ils le résultat d’une prise de conscience des fabricants… due peut-être à la pression des autorités ?

Quelques mois avant notre test, en 2018, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mené une enquête dans le secteur. Elle vient d’en publier les résultats. Les enquêteurs de la répression des fraudes ont contrôlé 27 établissements, dont 27 % de fabricants et 73 % de distributeurs, et analysé 6 modèles de poêles de marques différentes. Ils ont décelé des anomalies dans 41 % des établissements contrôlés et sur 100 % des poêles prélevés. Du côté des distributeurs et fabricants, la plupart des problèmes portaient sur l’étiquetage de sécurité de l’appareil, note la DGCCRF. Concernant les poêles, les manquements étaient divers (marquage et instructions, puissance nominale annoncée, défaut électrique, absence d’un outil de service…).

Cinq modèles, dont la marque n’a pas été précisée, ont présenté des problèmes de sécurité :

  • sur 1 poêle, la température de la trémie (partie du réservoir à granulés) pouvait présenter un risque de brûlure ;
  • sur 2 modèles, des bords coupants pouvaient exposer à un risque de coupure ;
  • sur 4 modèles, le cache en plastique du bouton de réarmement était facilement desserrable (à la main ou à cause des vibrations de l’appareil), entraînant un risque d’ingestion par les jeunes enfants.

La DGCCRF se veut néanmoins rassurante et précise que le « risque global a été évalué comme limité, en raison d’une faible probabilité de survenance du ou des risques identifiés, ce qui explique l’absence de mesure de retrait-rappel » des produits concernés. Elle ajoute que tous les fabricants se sont engagés à corriger ces problèmes et promet une nouvelle enquête dans ce secteur. Que Choisir, de son côté, travaille à l’élaboration d’une mise à jour du test de poêles à granulés dans lequel la sécurité sera, une nouvelle fois, au centre des analyses.

Morgan Bourven