UFC-Que Choisir de l'Aude

Actualités nationales

LE LAIT DE FOIN

D’ici quelques mois, certains produits laitiers seront estampillés « lait de foin » STG (spécialité traditionnelle garantie). A savoir que le lait de foin sera la deuxième STG reconnue en France, la moule de Bouchot étant jusque-là  le seul produit bénéficiant de cette mention.

La dénomination « lait de foin » garantira un lait produit par des vaches dont l’alimentation , sans OGM ni fourrage d’ensilage (méthode de conservation du fourrage par voie humide), comporte au moins 75% d’herbe ou de foin.

Ce futur lait à l’ancienne se présente comme une alternative face aux produits des méga-élevages où les vaches en stabulation  c’est à dire dans un espace restreint ou clos, ne mettent jamais un sabot dehors et ignorent complètement le goût de l’herbe fraîche.

Les atouts du lait de foin sont nombreux:

-Tout d’abord pour les producteurs, qui valorisent mieux un produit de bonne qualité, plus savoureux et plus riche en Oméga 3 (qui sont de bons acides gras) que le lait conventionnel.

-Ensuite, l’interdiction de l’ensilage dans les aliments pour le bétail permet d’éviter la formation de spores de bactéries dans le lait, à l’origine de sérieux déboires dans la fabrications des fromages, notamment ceux à pâte pressée cuite.

-De plus, les bénéfices de ce mode d’élevage pour les animaux sont aussi une évidence. Est-il besoin de rappeler que les vaches sont herbivores? Leur fournir une alimentation essentiellement d’herbe et de foin respecte tout simplement leur physiologie.

-C’est aussi la garantie d’animaux en bonne santé, moins vulnérables, avec pour conséquence la diminution du recours aux traitements vétérinaires.

-Et pour finir, la production du lait de foin participe à la lutte pour sauvegarder la biodiversité et soutenir le développement durable.

D’ici la fin de l’année, une vingtaine de producteurs laitiers du Grand Ouest devraient bénéficier du nouveau label. A savoir que les deux tiers d’entre eux sont en bio car les deux démarches sont complémentaires.

A plus long terme, 200 éleveurs laitiers seraient intéressés par cette filière. Certes, un petit pas mais qui pourrait grandir car il répond aux attentes de nombreux consommateurs.